Que faut-il savoir sur les enjeux du biométhane en région paca ?

Le marché du biométhane offre de grandes opportunités d’investissement grâce à sa croissance et son dynamisme. Plus de 150 nouvelles installations sont prévues d’ici à 2020 sur l’hexagone. La PACA a pour initiatives régionales l’ambitieux projet d’installer l’unité de production de biométhane la plus grande de France. Celle-ci viendra s’ajouter aux divers projets qui ont déjà vu le jour notamment avec l’appui du GERES depuis 2010 et nous rappelle les divers enjeux liés au biométhane en PACA. L’accompagnement des acteurs locaux par des outils et actions est important pour assurer le succès de ces projets, notamment en matière de règlementation et économique. Présentant bien des avantages pour les consommateurs et pour l’environnement, la production de biométhane n’est toutefois pas sans contreparties. À l’heure où l’on parle de plus en plus de transition énergétique vers les énergies propres, quels sont les enjeux liés au biométhane auxquels la région PACA devra faire face ?

enjeux de la bio méthanisation PACA, bio méthane, biogaz, transition écologique

Les perspectives positives découlant directement de la production de biométhane dans la région PACA

Les enjeux liés au biométhane dans la région de Provence-Alpes-Côte-d’Azur et en France ne cessent de croître à une époque où l’énergie fossile se fait de plus en plus rare et de plus en plus chère. Il convient de dégager ici les principaux effets positifs de la production de biométhane dans la région PACA.

La production d’énergies renouvelables

D’après un rapport d’Héliante réalisé en juin 2015, les scénarii du Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Énergie (SRCAE) prévoient en 2020, la production de 22.906 GWhef (énergie finale) toutes énergies renouvelables confondues. Cela permettrait de couvrir 20% de la consommation régionale. La production de bio méthane est un objectif majeur puisque qu’elle représente 60% de la composition du biogaz. De plus, le biométhane est une énergie qui se produit localement.

Le traitement des déchets organiques

Outre le fait de permettre la production d’énergie renouvelable, le biométhane présente l’énorme avantage d’être fait à partir de déchets organiques. La valorisation de certains biodéchets étant une obligation depuis 2012 (Article L541-21-1 du Code de l’Environnement), la biométhanisation répond alors à une double nécessité : trouver quoi faire avec les biodéchets et subvenir à des besoins croissants d’énergie renouvelable. La biométhanisation permet ainsi notamment de valoriser les déchets organiques agro-industriels, agricoles et provenant des collectivités locales sans compter les boues produites par les stations d’épuration lors du traitement des eaux usées ou même des gaz directement issus des décharges situées en région PACA.

La production de fertilisants organiques

A la fin du processus de méthanisation, il reste un résidu : le digestat. Celui-ci est constitué de la partie de la matière organique et minérale qui n’a pas été transformée en biogaz. Elle représente environ 80% des intrants, qui pourront être réutilisés pour leurs fortes capacités fertilisantes. De plus, ce digestat est plus facilement assimilable par les cultures que les matières non digérées et ne présente plus aucun germe pathogène , ni petites graines étrangères.

Les effets indirects sur la région

La création d’emplois locaux et non délocalisables

Cette activité de transformation amènera inévitablement de nouveaux emplois dans plusieurs secteurs différents et pas nécessairement directement liés à la filière de production de ce nouveau gaz naturel français. La plupart de ces emplois seront créés dans la région PACA ce qui permettra éventuellement de baisser le niveau de chômage et de rebooster la formation pour les nouveaux métiers. On distingue en particulier :

  • La collecte et la préparation des biodéchets
  • La conception et la construction des infrastructures servant à prévoir puis réaliser la transformation.
  • La conception et la distribution liée à la valorisation des biogaz

Un processus écologique et durable

Dernier et non moins important enjeu de la biométhanisation, l’aspect écologique et durable. À l’heure de la transition écologique, l’utilisation du biométhane arrive à point. Elle permet en effet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 80% par rapport à une énergie fossile, elle émet peu de particules et très peu d’oxydes d’azote. De plus, elle provient de la production de déchets organiques qui ne devraient pas tarir. Si toutefois, ces déchets venaient à manquer, il reste l’alternative du bois ou encore des algues qui pourraient également permettre de continuer à produire.

En résumé, on distingue au moins deux secteurs qui pourraient grandement bénéficier de ce pari du biométhane . Il s’agit d’abord de l’agriculture qui pourra s’autonomiser en produisant sa propre énergie, ses fertilisants agricoles et en diversifiant son activité. Mais aussi du secteur du transport qui pourrait bien atteindre l’objectif fixé à 10% d’énergies renouvelables en 2020.

Les points de vigilance

Si les nombreux avantages énumérés ci-dessus laissent présager de belles choses pour la filière de la biométhanisation, il n’en reste pas moins qu’il existe quelques points sur lesquels la vigilance doit être renforcée.

Acceptabilité sociale

La population peut émettre des inquiétudes quant aux projets de biométhanisation notamment pour des raisons d’incompréhension sur le processus de digestion anaérobique qui peut faire penser que des odeurs seront dégagées pendant la fermentation. Si, du fait de l’absence d’oxygène lors de la transformation ce risque est écarté, il est bien présent pendant le stockage ou le transport. Il faut donc porter une attention toute particulière sur ce point.

La prévention et la gestion des déchets

Si la biométhanisation valorise les déchets, elle ne doit pas inciter à leur production. Il est important de poursuivre la prévention de déchets notamment par la lutte contre le gaspillage alimentaire et par la réalisation de composts de proximité. Il faudra privilégier les projets de traitement locaux afin de minimiser les transports qui auraient un effet contreproductif.

La nature des gisements agricoles en PACA

Contrairement à d’autres régions, les gisements de la région PACA ne sont pas majoritairement des sous-produits animaux excédentaires qui impactent l’environnement mais plutôt les effluents de la viticulture, de l’élevage et les résidus de culture. Il faut donc en tenir compte et tenter de concilier la diversification des revenus et activités agricoles avec le respect d’une agriculture durable.

Comme dans beaucoup de domaines, la méthanisation est quelque chose qui semble très positif, mais qui dépendra de la manière dont elle est réalisée.

Pour en savoir plus sur les acteurs qui accompagnent la filière de méthanisation et les projets déjà existants, vous pouvez continuer à vous documenter à travers ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *